Bienvenue

Sur notre site Internet, vous trouverez des moyens de prévention pour une bouche et des dents saines ainsi que des informations pratiques sur l'équipe et le cabinet.
N'hésitez pas à nous contacter !



Cabinet Dentaire Beausoleil

Dr. Jean Grolleron, Diplômé de l'université Paris V D.U. d'implantologie orale fondamentale et pratique Lille II D.U. d'implantologie lourde et de reconstitution maxillo-mandibulaire Lille II

Dr. Elisabeth Rodriguez, Diplômée de l'université Paris V D.U. d'implantologie orale, fondamantale et pratique Lille II

12, AVENUE DE QUINCY
77380 Combs la Ville
Tél. : 01 60 60 49 66

Recherche

par mot-clés

Charte déontologique
La Carie avancée
Une de vos dents est cariée au point de ne pas pouvoir la reconstruire par des obturations classiques (plombage, composite, inlay). Une couronne s'impose, pourtant, il n'est pas nécessaire de dévitaliser votre dent.

Ancienne obturation

Une dent déjà obturée sur deux ou trois faces présente une nouvelle carie sous ou à côté de cette obturation. Mais la matière profonde subsiste.


Fracture

Une dent reconstituée par une opturation volumineuse : celle-ci a fracturé la dent et provoqué la perte d'une grande partie de la couronne.

Infiltration

Les dents du sourire (incisives, canines ou prémolaires) restaurées plusieurs fois par des composites de plus en plus importants, finissent par s'infiltrer de tabac, impuretés, etc.



Coloration

Une dent obturée par un amalgame, dont les éléments constituant le matériau se sont diffusés à l'intérieur de l'émail, développe une teinte peu esthétique.

Dent isolée

Suite à la perte d'une dent voisine, une dent saine s'est inclinée. Cette position rend inefficace la mastication et empêche le remplacement de la dent manquante.


La réponse classique de la dentisterie consistait à dévitaliser ces dents et à les protéger avec une couronne. Pourtant il est toujours préférable de conserver une dent vivante.


Indépendentaire Editeur - Tous droits réservés
Fréquence des consultations
La consultation au cabinet dentaire doit être systématique au moins une fois par an pour un adulte et deux fois par an pour un enfant.

Cette habitude est à prendre dès le plus jeune âge. La fréquence personnelle de surveillance est à adapter avec le praticien en fonction du risque carieux, de l'efficacité du brossage, de l'état parodontal, des soins effectués.

L'absence de douleur dentaire n'est pas un signe d'absence de pathologie. Toute modification dentaire, gingivale ou buccale doit être un motif de consultation. La prévention et la prise en charge le plus tôt possible d'une pathologie sont les meilleures garants d'une bonne santé. De plus, le patient en consultant régulièrement diminue ses risques et donc sa durée de traitement dentaire.